La deuxième génération met la main à la pâte

Toujours pendant la deuxième guerre mondiale, le bureau d'études de Porsche est transféré à Gmünd en Carinthie, où après la fin de la guerre, Ferry Porsche travaille avec son équipe (également dans les ateliers de Zell am See) sur des treuils à câble et des tracteurs, mais également à la réparation d'anciens véhicules militaires.

La création de la "Porsche Konstruktionen GesmbH"

Pour protéger l'œuvre de son père, alors incarcéré en France, de la menace de confiscation par les puissances occupantes, le 1er avril 1947, Ferry Porsche et sa sœur Louise (mariée depuis 1928 à l'avocat Dr. Anton Piëch) fondent sans hésiter la société autrichienne Porsche Konstruktionen GesmbH à Gmünd, dont ils deviennent les gérants. À ce moment, l'industriel italien Dusio charge l'entreprise désormais autrichienne de construire une voiture de course Formule 1 à transmission intégrale. Pour des raisons financières, la « Cisitalia » ne disputera finalement aucune course. Toutefois, avec les gains de cette commande, le frère et la sœur réussissent à payer la caution de leur père incarcéré et permettre ainsi son retour à la maison.

La naissance d'une marque.

Ferry Porsche réalise ensuite son rêve. Sur la base de la coccinelle, la première voiture de sport portant le nom de Porsche, naît en Autriche dans la vallée de Malta en Carinthie. En 1946, Ferry présente, sous le numéro de construction 356, une automobile qui sera à l'origine de la renommée légendaire du constructeur. Alors que le premier modèle avait encore un moteur central, les coupés suivants, fabriqués à la main, présentèrent un moteur arrière. Une bonne douzaine de cabriolets 356 furent construits dans les ateliers de Salzbourg sur la route des Alpes.

Un accord prometteur avec Volkswagen

Cependant, la décision la plus importante est prise 1 000 km au nord, lorsque les alliés décident d'intégrer la construction de la Volkswagen dans l'usine Volkswagen reconstruite. Les techniciens de Porsche, qui aident à la mise en route, sont demandés. Au même moment, Ferry Porsche entame les négociations du contrat avec Nordhoff, le directeur général de Volkswagen fraichement nommé. Les éléments essentiels du contrat incluent des droits de licence pour chaque coccinelle construite, l'autorisation de construire une voiture de sport sur la base de la coccinelle (la Porsche 356) et la distribution par ce qui sera, plus tard, le réseau mondial Volkswagen, mais aussi des accords portant sur les services techniques du bureau d'études Porsche et enfin le contrat d'importation général de Volkswagen pour l'Autriche. Ce contrat détaillé est signé à Bad Reichenhall par Ferdinand Porsche, Ferry Porsche, Louise Piëch et Anton Piëch et par le Directeur général de Volkswagen Nordhoff. Ainsi, la création du père, la coccinelle, devient la base de l'immense succès que connaîtra le développement de la société Porsche à Salzbourg et à Stuttgart.

Le 7 septembre 1948, la licence pour le « commerce des véhicules automobiles et leurs pièces de rechange, limité aux produits des usines de moteurs de Wolfsbourg (qui sera plus tard l'usine Volkswagen) » est émise au nom d'Ing. Ferdinand Porsche par les autorités de la circonscription de Spittal an der Drau.

Cette page utilise des cookies pour permettre la meilleure expérience d’utilisateur possible. En utilisant notre site Web, vous acceptez que des cookies soient sauvegardés sur votre appareil.
Accepter et continuer